chargement dragonslide

Vous l’aurez peut-être compris, nous allons voir ensemble les différentes étapes afin de réaliser au mieux ses assets 3D. Il s’agit ici de vous montrer une méthodologie. Cependant, vous pourrez faire vos propres étapes en fonction de vos objectifs (assets de jeu vidéo, cinématique, rendu d’architecture).  

En voyant très large, nous pouvons compter huit grandes étapes :

 

1. La pré-production

De manière générale, c’est la partie réflexion où l’on réfléchit sur notre projet. C’est durant cette étape que nous nous documentons un maximum. Je vous renvoie à mon article “Avoir une bonne documentation”. Néanmoins, vous ne devez pas forcément avoir toute votre documentation du premier coup. Durant les différentes phases, il est très probable que vous remarquerez qu’il vous manque certaine documentation spécifique. L’important c’est de partir avec les meilleures bases possibles.

2. La modélisation 

C’est une étape que j’avais déjà abordée dans mes précédents tips. Il s’agit de donner forme à nos objets 3D sur base de la documentation. En général, nous partons d’un objet géométrique de base (primitive)  tel qu’un cube, un cylindre, …

Bridge, Sasha Barabanova

3. Le texturage

Juste après la modélisation nous texturons notre ou nos objets 3D. C’est-à-dire nous les mettons en couleur. Encore une fois, la documentation a beaucoup d’importance durant cette étape. Concrètement nous appliquons des images 2D sur nos objets 3D que nous appelons textures. Il peut s’agir de textures de murs, de bois, de plantes, … Dans notre tip précédent sur le low/high polygons, nous avons vu qu’il existait plusieurs types de textures (normal map, curvature, …) qui ont des impacts différents mais qui donne plus de richesse à nos objets.  

 

Bridge, Sasha Barabanova

4. Le rig 

Uniquement nécessaire si vous devez animer vos objets. Le rig est le diminutif de “rigging“, c’est une étape obligatoire avant de pouvoir donner vie à vos objets. Maintenant il est possible d’animer nos objets de manière basique sans devoir forcément effectuer un rig, mais vous serez limité dans vos possibilités.

Voici le rig d’un personnage. Les éléments de couleurs jaunes, bleus et rouges sont les contrôleurs qui permettent à l’animateur de contrôler plus facilement le rig du personnage.

5. L’animation

Une fois le rig terminé, nous pouvons enfin animer nos éléments 3D. Pour ce faire, nous créons des clés d’animations sur une sorte de ligne du temps.

Ci-dessous : une animation basique d’une sphère. En bas de l’image, on peut voir la timeline.
Si on avance à 15 dans la timeline, on voit que la sphère s’est déplacée à l’endroit définit à la 15ème frame.

 

6. L’éclairage 

Etape qui constitue à (suspens …) éclairer votre scène. Plus sérieusement, sa gestion sera différente en fonction de votre projet. Si vous devez éclairer une scène pour une vidéo ou pour une image fixe, vous ne devez pas en principe vous préoccupez du fait que les lumières éclairent en temps réel. Maintenant, s’il s’agit d’une visite virtuelle ou d’un jeu, il sera préférable d’optimiser son éclairage pour des raisons de performances.   

 

7. Le rendu 

Lorsque vous réalisez une image ou une vidéo, vous devez calculer votre ou vos images. Cette étape s’appelle le rendu. Durant cette étape, votre ordinateur va calculer les ombres, les rebonds de lumière, … Le temps de calcul peut être important, car il dépend de la puissance de votre machine et de la finesse du rendu souhaité. Pour vous donner une idée, le calcul d’une seule image peut prendre de nombreuses heures, je vous laisse imaginer quand il s’agit d’une vidéo.  

 

8. La post-production 

C’est la dernière étape qui constitue à faire les dernières modifications qui n’ont pas pu être réalisée avec nos logiciels 3D sur notre image ou notre vidéo finale (intégration d’éléments supplémentaires, retouche de la lumière, …). Dans le jeu vidéo, il s’agira surtout d’effets que nous ajouterons à la caméra.

Sérgio Merêces Arch-Viz

 

Ouf voilà les différentes grandes étapes dans le secteur de la 3D.

Pas évident de décrire en quelques lignes des étapes qui nécessiteraient plusieurs pages, mais je pense, enfin j’espère, que ce tip vous aura permis d’en apprendre un peu plus sur le métier d’infographiste 3D. Dans notre prochain tip, nous parlerons d’un sujet qui fâche : notre budget et le style graphique.

 

A bientôt,

Commentaires

Aucun commentaire

Commenter