chargement dragonslide

La télévision 3D était annoncée comme étant la télévision du futur. Il faut avouer qu’au début du 21ème siècle, pouvoir regarder un film en 3D dans son salon, faisait rêver. Mais quand est-il maintenant ?

“La 3D aura la même importance que l’arrivé de la couleur …” – Christophe Décloux, patron marketing de Panasonic France.

“Sur le marché français, qui devrait se situer à 8 millions de téléviseur en 2010, il devrait se vendre de 600.000 à 700 000 téléviseurs 3D” – Samsung

C’est au début de l’année 2010, que Samsung lança les hostilités dans la guerre des “téléviseurs du futur” en proposant cinq téléviseurs pouvant afficher nos programmes en relief. Il faut dire qu’avec la sortie d’Avatar au cinéma en 2009, les gens avaient pu se familiariser à cette technologie.

Beaucoup des constructeurs ont misé également sur l’un des plus grands moments télévisuel : la Coupe du Monde 2010.

De plus, certains de ces téléviseurs offraient la possibilité de se connecter à Internet. Samsung France avait conclu des accords avec notamment TF1 pour la fourniture de contenus gratuits. Sony lui avait conclu un accord avec M6. Le néerlandais Philips avec Arte.

Les choses se mettaient en place et n’annonçaient que du positif. Mais alors, pour quelle raison la télévision 3D n’a pas réussi à conquérir le public ?

 

Plusieurs explications

 

Plusieurs raisons peuvent l’expliquer, à commencer par le prix. Il fallait mettre près de 1800 € pour s’acheter une télévision munie de cette technologie. Même si cette gamme de prix est de plus en plus courante de nos jours, pour des télévisions haut de gamme, en 2010 cela représentait une somme colossale.

Autre raison qui peut expliquer ce refus, il s’agit également des lunettes 3D nécessaires pour pouvoir voir les programmes en 3D. Pas forcément confortable et parfois coûteuse, Samsung vendait des lunettes à +/- 80€ la paire (pour une famille nombreuse ça peut faire mal).

Mais ces deux arguments peuvent être contestés. Car si l’on regarde les ventes lors du lancement, nous constatons que les télévisions 3D se sont très bien vendues (plus d’1,5 millions en France). Le prix n’était donc pas vraiment un frein mais les ventes auraient été encore plus florissantes si le coût avait été revu à la baisse. Cependant, les ventes ont bel et bien chutées au fil du temps (800.000 téléviseurs 3D en 2015).

 

Une raison fatale

La raison la plus logique provient du faible contenu proposé. Et ce, que ce soit par les chaînes de télévision ou par les films vendus dans le commerce. Il faut dire qu’après Avatar seuls quelques films ont suivi le pas. Ce manque de contenus a eu raison de cette technologie.

Voyant les ventes chuter, Samsung annonça indirectement en début 2016 mettre fin à la fabrication de la fonction 3D. LG Electronics quant à lui, de laisser cette technologie uniquement pour les modèles haut de gamme. Les autres constructeurs prirent le pas au fur et à mesure.

 

Un techno meurt, une autre voit le jour

Comme pour de nombreuses technologies, lorsqu’une innovation meurt ou est sur le déclin, il y en a toujours au moins une nouvelle pour la remplacer (et heureusement pour nous). Ce fut le cas pour les tablettes qui ont remplacé les netbooks ; les smartphones qui ont remplacé les GSM, … Actuellement le nouveau combat technologique a lieu entre l’ultra haute définition (4K) et la réalité virtuelle.

Ce qui est intéressant avec la 4K, c’est qu’elle n’avait pas vraiment enthousiasmé les télédiffusions (broadcasters) qui venaient à peine de se remettre de l’échec de la 3D. Ce qui est totalement compréhensif. Cette réticence a permis à Netflix (entreprise américaine proposant des films et séries) d’exploser en étant l’un des premiers à diffuser de la 4K.  Il est maintenant le plus grand diffuseur de contenus 4K.  

Comment pouvons-nous expliquer cette réussite alors que la 3D s’est planté ?

En fait c’est simple, nous avons vu que la raison principale de l’échec de la télévision 3D était due au faible contenu proposé. Avec l’ultra haute définition, ce problème est réglé car, les séries et les films sont tournés en 4K depuis plusieurs années déjà, notamment proposé par Netflix. De nombreux films anciens ont été scannés en 4K. De plus cette technologie ne nécessite pas de porter des lunettes et est donc, moins contraignante.

Le seul léger soucis qu’il peut y avoir, c’est la difficulté à percevoir l’amélioration visuelle pour tous les téléspectateurs mais c’est vraiment histoire de chercher la petite bête.

La grosse conclusion de cette histoire, c’est que quel que soit la technologie, si elle n’est pas pertinente, qu’elle perturbe l’utilisateur ou qu’elle ne possède pas de contenu suffisant pour capter l’intérêt des utilisateurs, cette technologie ne sera qu’un effet de mode de courte durée et sera vite oublié.

 

Sur ce, je vous dis à la prochaine pour un prochain tip.

Commentaires

Aucun commentaire

Commenter